Dernière vidéo

Facebook EDCA

Boutique EDCA

Rencontre d’un contrôleur de défense aérienne sur Awacs

C’est à bord d’un Awacs qu’elle assure la surveillance du ciel français. Rencontre avec l’adjudant Virginie, contrôleur de défense aérienne sur la base aérienne d’Avord.

Mali, Djibouti, plus récemment l’opération Chammal, le contrôleur de défense aérienne est parti plusieurs fois en Opex : «L’opération Chammal est particulière parce qu’on est intégré à un dispositif interallié. Ce n’était pas le cas au Mali au début de l’opération par exemple. Ce qui est très intéressant et percutant, c’est la densité de l’activité et surtout le travail en coopération internationale.» C’est pour ce type de mission que Virginie s’est engagée. «J’ai fait treize ans dans un centre de contrôle en France, où je me suis entraînée à ces missions-là. Je concrétise tout l’entraînement que j’ai suivi auparavant au sol.»

La mission prioritaire de l’Awacs est d’assurer la posture permanente de sûreté aérienne. C’est dans ce cadre-là que le contrôleur aérien peut être amené à contrôler les avions de chasse de la permanence opérationnelle (PO) qui ont décollé. «Nous prenons le relais des salles de contrôle au sol.» Virginie participe aussi aux missions d’entraînement des pilotes de chasse. «Nous nous entraînons régulièrement. Nous prenons part aux missions des chasseurs.»L’adjudant a une autre casquette, celle de moniteur. «J’assure la formation des autres contrôleurs de l’escadron et dans ce cadre-là je suis moniteur instructeur de ma spécialité : j’instruis les jeunes contrôleurs qui débutent sur Awacs.»

À l’heure actuelle, l’adjudant Virginie occupe le poste de chef de spécialité contrôle. Elle est chargée d’encadrer le métier de contrôleur à bord de l’Awacs et de rédiger la documentation correspondante, d’attribuer les qualifications aux contrôleurs sur un vol. Ces responsabilités correspondent à deux types de journées différentes : des journées de bureau et des journées de vol. «La prise de fonction spécifique au leader commence avec la gestion des plannings, il faut s’assurer que tous les postes sont tenus comme il faut.» Suit le travail sur les documentations particulières à traiter. «Nous avons toujours un travail de vérification documentaire à faire.»

Lors des journées plus spécifiques, le contrôleur de défense aérienne est amené à voler sur Awacs. Ses missions varient selon les vols. L’adjudant peut avoir un rôle consistant à être contrôleur à poste en participant aux différents briefings qui cadencent la journée : «En amont de la préparation de la mission, nous savons quelles responsabilités vont être attribuées au personnel de l’avion : mission de contrôle, de surveillance, mission de ravitaillement en vol, gestion radar.» C’est en fonction de ces missions que se dégage le rôle du contrôleur. «Contrôler des avions, surveillance ou ravitaillement en vol, une fois que ma fonction est définie je suis briefée, je vais contrôler les avions durant la mission qui aura lieu le lendemain.»

Originaire de Bretagne, c’est en voyant les avions de chasse de la base aéronavale de Landivisiau que l’adjudant Virginie s’imagine pour la première fois en contrôleur de défense aérienne. «Je voyais les avions de chasse qui passaient au-dessus de la maison et ça m’a donné envie de faire un métier en relation avec eux.» C’est par le biais des stages dans le cadre du collège, puis du lycée qu’elle découvre le centre de contrôle civil de Brest-Loperhet.«Il a la particularité d’être co-implanté avec un centre militaire.»

Pour réaliser son rêve Virginie ne lâche rien et se donne les moyens d’y arriver. Après avoir obtenu un bac scientifique, elle est admise en classe préparatoire dans un lycée militaire, au Prytanée à la Flèche. «N’étant pas issue d’un milieu militaire, je voulais approcher et apprivoiser ce monde.» Conquis, le futur contrôleur de défense aérienne passe le concours des sous-officiers de l’armée de l’air à Rochefort et est admis. «Après avoir donné le meilleur de moi-même, je fais concrètement ce que je voulais faire à 17 ans.» Engagée en mars 1997, elle a pour première affectation la base aérienne 901 de Drachenbronn en Alsace en mai 1998, avant d’être affectée à l’escadron de détection et de contrôle aéroportés (EDCA), où elle exerce depuis 2011.

Sources : Armée de l'air
Droits : Armée de l'air

Derniers Articles

Pour nous contacter

 Par Courrier à l'adresse suivante :

Monsieur l'Officier Traditions du 36eme EDCA

Base aérienne 702

Route de Bourges

18520 AVORD

FRANCE

Par mail : traditions@36edca.fr

Pour contacter le Webmaster : webmaster@36edca.fr

Armée de l'Air

© 2017. 36e Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés 00.036 "Berry". Tous droits réservés. Design inspiré par Enginetemplates.com
Free Joomla! templates by Engine Templates