Dernière vidéo

Facebook EDCA

Armée de l'Air

Echange avec le Japon

Le capitaine Jean-Yves est navigateur officier systèmes d'armes, tandis que le capitaine Marc est contrôleur de circulation aérienne. Tous deux font partie de la même unité: l’escadron de détection et de contrôle aéroportés (EDCA) 36 «Berry». Ils évoluent en tant que navigateur et Fighter Allocator (chef de travée de «contrôle») à bord des avions-radars E-3F SDCA (système de détection et de commandement aéroporté) situés sur la base aérienne 702 d’Avord. Du 21 au 28 janvier 2012, ces deux officiers ont réalisé un échange au Japon. Nous avons recueilli leurs impressions.

Au sein de quelle unité étiez-vous en échange?

Capitaine Marc - Nous avons tout d’abord rendu visite à nos homologues de l’Air Warning and Control Group (AWCG) basé à Hamamatsu, au centre du pays, à 250 km au sud-ouest de Tokyo. Ces derniers mettent en œuvre le E-767 Awacs, avion à bord duquel nous avons effectué un vol de 7h30. Cet appareil assure les mêmes missions que le E-3F SDCA français. Durant le reste de la semaine, nous avons également visité d’autres unités, comme le 2nd Air Defense Missile Group, escadron de défense sol-air, le 43th Air Control and Warning Squadron, site radar ou le Western Direction Center de Kasuga, centre de détection et de contrôle. Ces trois entités se trouvent sur l’île de Kyushu (sud du Japon).

Quelle a été la nature de vos échanges avec vos homologues nippons?

Chaque unité nous a présenté son organisation, ses missions et ses moyens. L'AWCG, unité similaire à la nôtre, est la seule à laquelle nous avons présenté l'EDCA. À ces briefings se sont ajoutés de nombreux échanges et des partages d'expérience riches en enseignements.

Sur quels appareils les Japonais évoluent-ils? Existe-t-il des similarités avec les E-3F?

L’Awacs japonais, entré en service en 1998, est conçu sur la base du bi-réacteur Boeing 767-200. L'E-3F SDCA, mis en service en 1990, est basé sur une cellule de quadri-réacteur Boeing 707-320. La longueur et l’envergure sont équivalents, mais le fuselage du 767 offre une surface et un volume plus grands. L'autonomie de leurs avions est semblable à nos appareils mais ils ne disposent pas de capacité de ravitaillement en vol.

En termes d’équipements opérationnels, nos systèmes de mission et nos radars sont identiques. Par ailleurs nos capacités de liaison de données tactiques et de communication sont très proches. Les consoles sont les mêmes, mais les avions nippons en possèdent un plus grand nombre par avion (14 contre 10). La composition de l'équipage de mission est quasiment similaire, avec les mêmes spécialités de contrôleurs, opérateurs ou techniciens. Par contre, leurs équipages de conduite ne comprennent que deux pilotes.

Cet échange sera-t-il poursuivi par une venue de Japonais à Avord?

Tout à fait. Il s'agit du 6e échange de ce type depuis le début des années 2000. Au mois de mars 2012, nous devrions ainsi accueillir deux contrôleurs nippons qui visiteront la base aérienne d’Avord et probablement un centre de détection et de contrôle.

Pour nous contacter

 Par Courrier à l'adresse suivante :

Monsieur l'Officier Traditions du 36eme EDCA

Base aérienne 702

Route de Bourges

18520 AVORD

FRANCE

Par mail : traditions@36edca.fr

Pour contacter le Webmaster : webmaster@36edca.fr

Boutique EDCA

© 2017. 36e Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés 00.036 "Berry". Tous droits réservés. Design inspiré par Enginetemplates.com
Free Joomla! templates by Engine Templates