SYNTHESE HISTORIQUE DE

L'EDCA 00.036

Aller vers : [ACCUEIL]   [00.036]   [01.036]   [02.036]   [13.036]         

 

Mise à jour : 20 juillet 2016

 

Photo : Cne SCHWARZ

* CREATION :

 

01.09.1989, Unité de Détection Aéroportée  UDA 02.920.

Unité du CAFDA (Commandement Air des Forces de Défense Aérienne).

Dissoute le 28.02.1990 => EDA 00.036.

 

 

 

A compter du 01.03.1990, Escadre de Détection Aéroportée EDA 00.036.

Unité du CAFDA (Commandement Air des Forces de Défense Aérienne).

Dissoute le 31.07.1993 => EDCA 00.036.

 

 

 

A compter du 01.08.1993, Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés EDCA 00.036.

(suite à la suppression du niveau « escadre » dans l’Armée de l’air (1).

Unité du CAFDA (Commandement Air des Forces de Défense Aérienne).

Unité du CASSIC (Commandement Air des Systèmes de Surveillance, d’Information et de Communication) à compter de juin 1994.

Unité du CFA (Commandement des Forces Aériennes) à compter de juillet 2007.

 

 

* IMPLANTATION :

 

Le 36ème EDCA est implanté sur la Base aérienne 702 « Capitaine Georges Madon » à AVORD, à quelques 200 km au sud de Paris.

 

 

 

 

 

 

 

Photo : BA 702

 

* MISSION PERMANENTE ET GENERALE :

 

* Mise en œuvre des quatre appareils E-3F porteurs du SDCA (Système de Détection et de Commandement Aéroporté).

* Participation aux missions confiées à l’Armée de l’air dans le cadre de la protection, de la prévention, de la projection et de la dissuasion.

* Participation, sous les ordres d’un commandant tactique désigné :

  • à l'établissement de la situation de surface et de la situation aérienne générale, notamment en basse altitude ;

  • au contrôle d’appareils en missions offensives, défensives ou de soutien.

* Maintenance et soutien technique des quatre E-3F, du simulateur de mission, du centre de traitement informatique appelé DMSF (Daily Mission Support Facility), de son équivalent déployable ADMSS (Air Deployable Mission Support System, appelé "ADAMS"), du SSF (Support Software Facility) et des installations particulières d’infrastructure.

* Formation initiale et d’entretien des personnels affectés (équipages conduite et mission, techniciens, informaticiens, encadrement).

 

Photo : Mme Françoise GUILE

 

* AUTRES MISSIONS :

 

Autres missions s’ajoutant ou se substituant aux missions précédentes pour participer :

* à des opérations de recherche et sauvetage (SAR) ;

* à des opérations de recherche et de sauvetage au combat (RESCO) ;

* à des opérations extérieures ;

* à la mise en vigueur de dispositifs particuliers de sûreté aérienne (DPSA) lors de grandes manifestations, réunions officielles, sommets…
* à la lutte contre la piraterie ;
*
à la lutte contre le narcotrafic.

 

 

 

 

Photo : Mme Françoise GUILE

 

* ORGANISATION :

 

Le 36ème EDCA relève :

  • au plan organique, de la BACE (Brigade Aérienne du Contrôle de l’Espace), une des brigades du CFA (Commandement des Forces Aériennes ) ;

  • au plan opérationnel, par délégation du Chef d’état-major des armées, du CDAOA (Commandement de la Défense Aérienne et des Opérations Aériennes), ou du commandement de théâtre pour les missions menées en opérations extérieures dans un cadre interarmées et/ou international.

Le 36ème EDCA « Berry » est constitué d’un ensemble opérationnel placé sous la responsabilité d’un Chef des opérations et constitué par trois escadrilles :

  • l’Escadrille Opérationnelle EO 01.036 (ex-EDCA 01.036 et 02.036);

  • l’Escadrille Opérationnelle EO 02.036 (ex-ESMT 10.036);

  • l’Escadrille Opérationnelle EO 13.036 (ex-EUOT 13.036).

L’ESTS 15.036, initialement intégré au 36ème EDCA, dépend désormais du CST (Chef du soutien technique) de la Base aérienne 702 et a rejoint le CSFA (Commandement du Soutien des Forces Aériennes) à compter de septembre 2007.


Le 36ème EDCA est passé de 4 à 3 escadrilles le 19 septembre 2012. Ainsi, à compter de cette date :

  • l'Escadrille de Détection et Contrôle Aéroportés 01.036 devient Escadrille Opérationnelle 01.036 et reprend l'ensemble des missions des EDCA 01.036 et 02.036 ;
  • l'Escadrille de Détection et Contrôle Aéroportés 02.036 devient Escadrille Opérationnelle 02.036 et reprend les missions de l'ESMT 10.036 ;
  • l’Escadrille de Support Mission et Transformation ESMT 10.036 est dissoute ;
  • l'Escadrille d'Utilisation Opérationnelle et Technique 13.036 conserve ses missions sous l'appellation Escadrille Opérationnelle 13.036.

 

 

* EFFECTIFS :

 

Environ 200 personnes réparties en une vingtaine de spécialités différentes :

 

* Personnel navigant :

- 30 pilotes, navigateurs et mécaniciens navigants.

 

* Personnel embarqué :

- 45 contrôleurs (30 officiers et 15 sous-officiers) ;

- 40 opérateurs de surveillance aérienne ;

- 15 opérateurs de détection électromagnétique ;

- 25 techniciens embarqués (système, radio et radar).

 

* Personnel au sol, militaire et civil :

- Officiers renseignement ;

- Informaticiens ;

- Personnel administratif.

 

(rappel : depuis septembre 2007, l’ESTA 15.036 n’est plus subordonné au 36ème EDCA)

Photo : BA 702

 

* OPERATIONS ET EXERCICES :

 

Le 36ème EDCA totalise de nombreuses missions de guerre sur les Balkans :

  • 61 missions Sharp Vigilance, Sharp Fence, Sharp Guard et Sky Monitor (1992-1993, surveillance de l’embargo sur l’ex-Yougoslavie) ;

  • 2 missions Balbuzard (1993, soutien des éléments français de la FORPRONU1 en ex-Yougoslavie) ;

  • 381 missions Deny Flight (1993-1995, respect no-fly zone Bosnie-Herzégovine, support troupes UN2 et COMAO3) ;

  • 6 missions Delibarate Force (1995, support des attaques des positions serbes de Bosnie) ;

  • 58 missions Allied Force (1999, frappes sur le Kosovo).

Outre divers DPSA4 (URUBU en Guyane pour les tirs d’Ariane, Salon du Bourget, 14 juillet, sommets européens, grands évènements sportifs...) et autres missions au profit des ministères de l’Intérieur ou des Finances, l’escadron participe régulièrement à de nombreux exercices nationaux (POKER, VOLFA, AIREX, PEAN avec la Marine Nationale, IROQUOIS à Djibouti…) et internationaux (GARUDA en Inde, RED FLAG en Alaska, NATO AIR MEET en Norvège, MAPPLE FLAG au Canada, PITCHBLACK en Australie, BOLD AVENGER au Danemark, ATLC aux Emirats Arabes Unis…) avec le souci constant de l’efficacité et de l’interopérabilité tant interarmées qu’interalliés. Depuis 2007, l'escadron est régulièrement mis à contribution dans des opérations de lutte contre le narcotrafic et la piraterie (Opérations CARIB ROYAL et ATALANTE notamment) en collaboration étroite avec des moyens de la Marine nationale.

Enfin en juin 2009, c'est dans un cadre tout à fait nouveau que l'EDCA a exercé ses compétences lorsqu'il a été sollicité pour rechercher, grâce aux capacités de détection maritime de l'E-3F, les débris de l'Airbus A330 "Air France 447" qui s'est abîmé en mer à quelques 1000 km au large des côtes brésiliennes. Cinq missions d'une durée moyenne de 10 heures ont été réalisées au départ de Dakar au Sénégal et ont permis de guider les moyens de surface français et brésiliens sur des contacts radar qui, pour certains, se sont avérés être des débris de l'appareil. Par suite, les premières victimes ont pu être localisées.


Engagé quotidiennement au large de la Libye à compter du 6 mars 2011, le 36ème EDCA fut la première unité de l'Armée de l'Air déployée à proximité de Benghazi le 19 mars 2011 dans l'Opération HARMATTAN lancée par le gouvernement français. L'E-3F en orbite sur place a accueilli les RAFALE et MIRAGE 2000 qui effectuèrent les premières frappes. A compter du 31 mars 2011, l'EDCA poursuivit ses missions sous le commandement du CAOC 5 de l'OTAN5 dans le cadre de l'Opération UNIFIED PROTECTOR. Au début du mois de novembre 2011, au terme de 8 mois d'opérations, l'escadron comptait 232 missions effectuées quotidiennement au départ d'Avord, soit plus de 2200 heures de vol dont environ la moitié dans l'espace aérien libyen où les membres d'équipage travaillaient avec l'ensemble des moyens chasse, transport, ravitaillement et reconnaissance de la coalition (dont les drones) déployés sur le théâtre d'opérations depuis différentes bases aériennes européennes. Le SDCA a mis en œuvre tous ses moyens radio, radar et liaison de données tactiques pour travailler dans les meilleures conditions tant avec les moyens tant aériens que maritimes, dont la frégate de défense aérienne Forbin, jumelée avec le 36ème EDCA.

De conserve avec les AWACS de l'OTAN (E-3A), de la Royal Air Force (E-3D) et de l'US Air Force (E-3C), les E-3F du 36ème EDCA ont permis à l'OTAN d'assurer 24h/24 la présence de moyens de détection aéroportés qui ont contribué à l'établissement d'une situation tactique air et maritime claire, au bon déroulement des missions aériennes de tous types, à la surveillance et à l'intégrité de la No Fly Zone ainsi qu'au suivi et à la sécurité des vols humanitaires autorisés à transiter au départ ou à destination des principales villes côtières libyennes.


(1) FORPRONU = FORce de PROtection des Nations Unies
(2) UN = United Nations
(3) COMAO = COMbined Air Operations
(4) DPSA = Dispositif Particulier de Sûreté Aérienne
(5) CAOC 5 = Combined Air Operations Center N°5 basé à POGGIO RENATICO, en Italie

 

* INSIGNES DES ESCADRILLES DE LA GRANDE GUERRE :

 

COMBATIVITE (2)

 

SAL 58 « Coq » (mars 1918) peint sur chaque côté de la dérive du SDCA N°201/702-CA.

 

L’emblème de la SAL 58 apparaît aussi sur les insignes du 36ème EDCA et de l’EDCA 01.036 ; aucun insigne en métal représentant cette escadrille seule n’est porté par le personnel.

VIGILANCE (2)

 

BR 43 « Charognard » (mai 1918) peint sur chaque côté de la dérive du SDCA N°202/702-CB.

 

L’emblème de la BR 43 apparaît aussi sur les insignes du 36ème EDCA et de l’EDCA 01.036 ; aucun insigne en métal représentant cette escadrille seule n’est porté par le personnel.

LOYAUTE (2)

SAL 253 « Dogue » (juin 1918) peint sur chaque côté de la dérive du SDCA N°203/702-CC.

 

L’emblème de la SAL 253 apparaît aussi sur les insignes du 36ème EDCA et de l’EDCA 02.036 ; aucun insigne en métal représentant cette escadrille seule n’est porté par le personnel.

FORCE (2)

 

BR 257 « Masse d’armes » (juillet 1918) peint sur chaque côté de la dérive du SDCA N°204/702-CD.

 

L’emblème de la SAL 58 apparaît aussi sur les insignes du 36ème EDCA et de l’EDCA 02.036 ; aucun insigne en métal représentant cette escadrille seule n’est porté par le personnel.

Insigne

A-1218

 


Ecu français ancien d’argent écartelé au 1, d’un coq d’émail blanc crêté et becqué de gueules, membré d’azur, dans un cercle d’émail blanc ; au 2, d’une aigle essorant d’azur et d’émail blanc brochant un contourné de gueules ; au 3, d’une tête de dogue au naturel colleté de sable ; au 4, d’un ovale de gueule posé en bande chargé d’un dextrochère d’argent armé d’une masse d’armes d’émail blanc. En pointe, nombre 36 d’argent.

 

L’insigne de la 36ème EDA est la reprise de celui de la 36ème Escadre de Reconnaissance créée en 1938. Il regroupe les quatre escadrilles de tradition des Groupes de reconnaissance I/36 et II/36, à savoir :

  • le coq de la SAL 58 et le charognard de la 7/39 pour le I/36,

  • le dogue de la SAL 253 et la masse d’armes de la BR 257 pour le II/36.

Ainsi en 1938, c'est la première fois que les emblèmes des 4 escadrilles de la Grande Guerre sont réunis sur un même insigne, fait célébré en 2008 par une décoration spéciale sur le SDCA 201 et un patch "70 ANS".

Photo : CNE SCHWARZ

 

Les escadrons constituant la 36ème EDA, les EDA 1/36 BERRY et 2/36 NIVERNAIS ont hérité des traditions respectives des GR I/36 et II/36.

La 36ème EDA a été renommée 36ème Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés (EDCA) le 1er août 1993 et ses escadrons sont devenus des escadrilles (1). Les traditions restent inchangées.

 

Insignes numérotés :

  •  pas de traces d'une série originale en 1990.

  • série 2000 à compter de septembre 2005 / de 2000 à 2xxx.

Historique des unités ayant porté le numéro 36 : ICI

Devise

 

Aucune. Projet en cours.

Nom

« BERRY »

 

A compter de juillet 2000, transfert du nom de baptême « BERRY » de l’escadrille 1/36 vers l’escadron.

 

Historique des unités ayant porté le nom "Berry" : ICI

Fanion

A-451

 

Forme : Rectangulaire 55 x 40 cm à la hampe, bordé de franges d’or de 3 cm.

 

Avers : D’émail azur gris écartelé du 1 au 4 reproduction des insignes de la SAL 58 (coq dans un cercle), BR 43 (charognard sur un croissant de gueules), SAL 253 (tête de bouledogue), BR 257 (ovale de gueule à un senestrochère armé d’une masse d’armes).

 

Revers : D’émail azur gris chargé des lettres d’or « 36ème ESCADRON DE DETECTION ET CONTROLE AEROPORTES BERRY ».

Drapeau

36ème ER

 

  

Drapeau original de la 36ème Escadre de Reconnaissance (1938-1939) décoré de la Croix de Guerre 1939-1940 sans palme ni étoile depuis le 29 juin 1942 par décision de l'Etat-major de l'Armée de l'air et remis au Col Prigent par le Gal Norlain le 19 décembre 1990.

Avec une cravate OTAN depuis le 22/06/2000, distinction décernée par SACEUR pour Allied Force (détenue à l'escadron, non portée).

 

  

 

 

Historique du drapeau : cliquez ICI.

Citations

CVM palme bronze
Citation à l'ordre de l'escadre aérienne par le Général d'Armées KELCHE, Chef d'Etat-Major des Armées, sans attribution de la Croix de la Valeur Militaire, pour la participation de l'escadron à l'opération TRIDENT, ex-Yougoslavie, à compter du 25 mars 1999.


Citation à l'ordre de l'armée aérienne par M. Gérard LONGUET, Ministre de la Défense, avec attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec palme de bronze, pour la participation de l'escadron à l'opération HARMATTAN, Lybie, à compter du 19 mars 2011.
Autres
distinctions


Lettre de félicitations du Général de Corps Aérien HENDEL, commandant les Forces Aériennes, pour la participation de l'escadron à l'opération ATALANTE au large de la Somalie à compter du 25 août 2009.

Témoignage de satisfaction du Général d'Armée Aérienne PALOMEROS, chef d'état major de l'Armée de l'air, pour la participation de l'escadron aux opérations de recherche de l'Airbus "Air France 447" perdu en mer au large du Brésil en juin 2009 sur son trajet Rio-Paris.

Patches

(passer la souris sur l'image pour voir quelques détails)


Actuels
(poitrine gauche)
 

Actuels
(manche gauche)



Anciens
     

Jumelage

FDA Forbin

Le 23 novembre 2006, à Lorient, signature de la charte de jumelage entre le 36ème Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés « Berry » et la Frégate de Défense Aérienne « Forbin »

 

 

Ce rapprochement a été discuté à l’occasion du vol d’information du CV BALDUCCHI sur AWACS en janvier 2006. La FDA FORBIN, première frégate antiaérienne de type Horizon et livrée à la fin de 2006, est amenée à travailler avec les E-3F. Son système d’armes est très proche de celui des E-3F; il comporte notamment les liaisons de données tactiques L11 et L16, des moyens de communications Have Quick II et SATURN et des moyens d’écoute électromagnétique.







Photo : Marine Nationale

(1)  Après la suppression du niveau « escadre » dans l’Armée de l’air en 1993, les escadrons qui composaient ces escadres furent directement rattachés à leur grand commandement d’appartenance à l’exception de ceux de la 36ème Escadre ; en effet, il convenait de conserver une unité de commandement globale sur l’ensemble des moyens de détection et de contrôle aéroportés. Par suite, la 36ème Escadre vit son statut changé en « escadron », impliquant de facto le changement de statut des escadrons 01.036, 02.036 et 10.036 en escadrilles. Ainsi aujourd’hui le 36ème EDCA a une structure symbolique de ses escadrilles 1/36 et 2/36 qui est tout à fait particulière et unique au sein des unités aériennes de l’Armée de l’air :

-          à l’époque de leur création en 1990, chaque insigne des ESCADRONS 01.036 et 02.036 regroupait ceux de deux ESCADRILLES de la Grande Guerre : la SAL58 et la BR43 pour le 01.036 ; la SAL253 et la BR257 pour le 02.036 ; les insignes de ces 4 escadrilles n’ont jamais été portés par les personnels des escadrons 1/36 et 2/36 (en 1990, il n’y a pas de commandants d’escadrille comme on peut en trouver dans les escadrons de chasse).

-          depuis 1993, les escadrons 1/36 et 2/36 sont devenus des escadrilles mais leurs insignes respectifs sont restés les mêmes ; il y a donc aujourd’hui deux ESCADRILLES (1/36 et 2/36) formées chacune (symboliquement) de deux autres ESCADRILLES (SAL58 + BR43 pour la 1/36 et SAL253 + BR257 pour la 2/36). [RETOUR]

(2)  Ces caractéristiques ont été associées à l’emblème de chacune des escadrilles de la Grande Guerre dans une présentation du 36ème EDCA datant de 1997 (probablement à l’initiative de son commandant d’alors, le LCL Bruno CHEVASSU). [RETOUR]

 

Aller vers : [ACCUEIL]   [00.036]   [01.036]   [02.036]   [13.036]         

OFFICIER TRADITIONS DU 36ème EDCA