HISTOIRE DU DRAPEAU

DE LA 36éme ESCADRE AERIENNE

 

Aller vers : [ACCUEIL]   [00.036]   [01.036]   [02.036]   [10.036]   [13.036]          [ENGLISH VERSION]

Mise à jour : 11-09-2011

 

Faisant suite à la loi du 02 juillet 1934 portant organisation de l’Armée de l’air, il est décidé par circulaire N°1494/IAI/BMG du 30 août 1934 émanant du Ministère de l’air la création de douze drapeaux attribués à des escadres aériennes. Ainsi, à Paris le 14 juillet 1935 le drapeau de la 36ème Escadre Aérienne est remis par Monsieur LEBRUN, Président de la République, au commandant de la 36ème Escadre d’Observation de PAU.

Le 1er janvier 1938, celle-ci devient 36ème Escadre de Reconnaissance constituée des Groupes de Reconnaissance I/36 et II/36, héritiers des traditions de quatre escadrilles de la Grande Guerre. Ils combattent pendant la Bataille de France et le 29 juin 1942, par décision N°2005/I/LEMAA de l’état-major de l’Armée de l’air, le drapeau de la 36ème Escadre Aérienne est décoré de la Croix de Guerre 1939-1940, sans palme ni étoile.

Le GR II/36 étant dissous à compter d’août 1940, le drapeau est confié le 20 décembre 1940 à la garde du GR I/36 alors basé à SETIF (Algérie).

Le 30 décembre 1946, il est remis à l’Ecole des Radio-Navigants de PAU.

Le 19 février 1951, il est affecté à la Base Aérienne 288 d’AULNAT jusqu’à sa fermeture le 30 juin 1958, date à laquelle le drapeau est remis au Service Historique de l’Armée de l’Air (SHAA) à VINCENNES.

Bien qu’étant officiellement attribué au Groupement Aérien Tactique N°3 d’ALGER à compter du 11 juillet 1959, le drapeau demeure au SHAA jusqu’à sa remise tout d’abord à la 3ème Région Aérienne de BORDEAUX le 21 février 1962 puis à la Base Aérienne 277 de VARENNES-SUR-ALLIER le 20 janvier 1978.

Par décision N°2706 de l’état-major de l’Armée de l’air en date du 27.08.1990, le drapeau de la 36ème Escadre Aérienne est confié à la garde de la 36ème Escadre de Détection Aéroportée d’AVORD récemment créée pour mettre en œuvre les Boeing E-3F AWACS de l’Armée de l’air. Ainsi le 19 décembre 1990, il est officiellement remis au colonel PRIGENT, premier commandant de la 36ème EDA, par le général NORLAIN, commandant air des forces de défense aérienne (CAFDA).

Le 1er août 1993, la 36ème EDA devient 36ème Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés (EDCA), détenteur de facto du drapeau de la 36ème Escadre Aérienne. Le 20 juin 2000, suite à l'opération Allied Force, le Supreme Allied Command Europe (SACEUR) de l'OTAN décerne au 36ème EDCA une distinction sous forme de cravate portant la mention « Kosovo 1999 » et qui, ne pouvant être associée au drapeau, est conservée en salle d'honneur de l'escadron.

Des douze drapeaux initiaux créés en 1934, celui de la 36ème Escadre est le seul encore affecté à une unité aérienne ; il porte les mentions « Grande Guerre 1914-1918 » et « France 1940 », rappelant ainsi l'héritage militaire important que détient aujourd’hui le 36ème EDCA « Berry ».

Photo : BA721

Le 2 juillet 2009, sur la Base aérienne 721 à ROCHEFORT, le drapeau de la 36ème Escadre Aérienne,

porté par la garde au drapeau du 36ème EDCA, est à l'honneur lors de la cérémonie célébrant les 75 ans de l'Armée de l'Air.

Photos : BA721

 

 

Remise officielle des traditions de la 36ème Escadre de Reconnaissance :

Ordre du jour N°3 du 19 décembre 1990, signé par le général NORLAIN, commandant air des forces de défense aériennes (CAFDA) :

 "La 36ème EDA (1) reçoit aujourd'hui son drapeau en même temps qu'elle accueille, sur la base aérienne 702 d'AVORD, le premier de ses quatre SDA E-3F (2)."

 "Cette nouvelle unité représente un accroissement significatif de la capacité d'action de la Défense aérienne."

 "La 36ème Escadre de Reconnaissance créée en 1932 s'est particulièrement distinguée pendant la seconde guerre mondiale sur les fronts des Ardennes, de la Somme, ainsi qu'en Afrique du nord, multipliant les missions de reconnaissance, de jour comme de nuit, malgré des pertes sensibles. Deux fois cités à l'ordre de l'Armée, ses équipages ont fait preuve des hautes qualités morales, opérationnelles et techniques dans la recherche du renseignement en territoire ennemi."

 "Par sa capacité à fournir des préavis d'alerte lointains et la diversité des modes d'action qu'il autorise, le SDA permettra une évolution significative de nos concepts d'emploi et sera déterminant dans l'acquisition de la suprématie aérienne. Par son aptitude à se projeter en tout point du globe il valorisera toutes les actions conjointes de nos forces qu'elles soient aériennes, maritimes ou terrestres et leur donnera une efficacité accrue dans le cadre de notre politique de défense."

 "Officiers, sous-officiers, aviateurs de la 36ème EDA, vous avez l'honneur de vous voir confier le drapeau et les traditions d'une escadre prestigieuse. Vous avez la charge de rendre ce nouveau système de Défense aérienne pleinement opérationnel. Je sais pouvoir compter sur vous pour le plus grand renom de la défense aérienne et de l'Armée de l'air."

(1) La 36ème EDA (Escadre de Détection Aéroportée) a été renommée 36ème EDCA (Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés) en août 1993 suite à la suppression du niveau "escadre " dans les unités aériennes.

(2) Le SDA (Système de Détection Aéroporté) est devenu SDCA (Système de Détection et de Commandement Aéroporté) en 1995.

 

Attention, alors que le C de EDCA signifie Contrôle, celui de SDCA signifie Commandement.

 

 

Aller vers : [ACCUEIL]   [00.036]   [01.036]   [02.036]   [10.036]   [13.036]          [ENGLISH VERSION]

CNE Marc LAUER - OFFICIER TRADITIONS DU 36ème EDCA